thumbnail  Ammonites et autres spirales - Collignoniceras badilleti thumbnail  Ammonites et autres spirales - Collignoniceras badilleti thumbnail  Ammonites et autres spirales - Collignoniceras badilleti thumbnail  Ammonites et autres spirales - Collignoniceras badilleti

pointeur Cliquez sur les vignettes

Ammonites et autres spirales - Collignoniceras badilleti

Collignoniceras badilleti Amédro & Châtelier 2020

Étage

Turonien (-92 à -88 millions d'années) moyen

Localité

Indre-Et-Loire - France
Indre-Et-Loire

Dimensions

D (cm)Diamètre (cm) h (%)Hauteur/Diamètre (%) e (%)Epaisseur/Diamètre (%) o (%)Ombilic/Diamètre (%)
11,7 36 36
8,8 39 46 32
7 42 49 27

Collection

Géosciences Rennes, coll. Émile Hourqueig, no IGR-94977

Commentaire

Holotype, figuré dans Amédro & al. (2020, Carnets Géol.), pl 7, fig 1. La chambre d’habitation est démontable ce qui permet de figurer le phragmocône à part.

Comme Collignoniceras hourqueigi, C. badilleti n’a pour l’instant été trouvé qu’en Touraine méridionale dans un niveau relativement élevé du Tuffeau de Bourré, sans être sommital (unité 2 sensu Amédro & al. 2020). Zone à Ornatissimum.
C’est un Collignoniceras à section subtrapézoïdale et ligne siphonale un peu surélevée. Les côtes primaires naissent, seules ou par paires, à partir de tubercules ombilicaux proéminents et sont fréquemment séparées par une, plus rarement deux, intercalaires. Sur le phragmocône, toutes les côtes portent des tubercules latéro-ventraux internes bulliformes, latéro-ventraux externes arrondis et un tubercule siphonal claviforme. Les tubercules latéro-ventraux internes et externes tendent à fusionner en fin de phragmocône, sans développer de corne sur la loge d’habitation adulte. Le nombre de tubercules latéro-ventraux reste identique à celui des tubercules siphonaux tout au long de l’ontogénèse.
Même si certains caractères, dont certains l’écartent du groupe de woollgari, sont communs avec C. hourqueigi, du même niveau stratigraphique (proéminence de la tuberculation ombilicale dans les tours internes, pas de développement de cornes latéro-ventrales, pas/peu de côtes bouclées), il y a des différences nettes : côtes primaires plus tranchantes, intercalaires moins nombreuses, fusion plus tardive sur le phragmocône des tubercules latéro-ventraux internes et externes, enroulement plus évolute avec une croissance du tour plus lente, aspect moins massif, région ventrale moins nettement tectiforme. Le lien entre les deux formes reste à établir par la récolte de plus de matériel, ce qui semble difficile à court terme.

Fiches liées

pointeur Cliquez sur les tiroirs pour les ouvrir/fermer

Collignoniceras hourqueigi

Classification

Genre :

Collignoniceras Breistroffer 1947

Turonien.
Dérive de Cibolaites.
Tours initiaux comprimés. Tubercules siphonaux arrondis ou claviformes élevés, coïncidant avec les côtes et formant une carène crénelée. Côtes droites ou légèrement sinueuses. Tubercule ombilical faible. Tubercules latéro-ventraux interne et externe forts. Derniers tours pouvant devenir carrés en section, avec une corne latéro-ventrale disproportionnée allant parfois jusqu’à absorber le tubercule ombilical.

Sous-famille :

Collignoniceratinae Wright & Wright 1951

Cénomanien supérieur à Coniacien supérieur.
Formes comprimées. Section des tours carrée à rectangulaire. Carène finement à grossièrement dentelée. Tubercules ombilicaux et latéro-ventraux internes et externes plus ou moins proéminents. Les latéro-ventraux interne et externe peuvent fusionner à l’âge adulte pour donner une grande corne. Chez certaines formes, l’ornementation s’affaiblit avec l’âge.

Famille :

Collignoniceratidae Wright & Wright 1951

Cénomanien supérieur à Campanien moyen.
Cette famille dérive probablement du genre Acanthoceratidae Thomelites.
Formes d’involutes à évolutes, comprimées, de section ovale à carrée, avec une carène continue ou dentelée. Les côtes portent de 1 à 5 tubercules.

Super-famille :

Acanthoceratoidea Grossouvre 1894

Albien inférieur à Maastrichtien.
Formes typiquement fortement costulées tendant à développer une tuberculation proéminente, mais incluant aussi une large variété d’autre types.

Sous-ordre :

Ammonitina Hyatt 1889

Ordre :

Ammonoidea Zittel 1884

Classe :

Cephalopoda Cuvier 1797

Embranchement :

Mollusca Linnaeus 1758

Super-embranchement :

Bilateria: Protostomia Hatschek, 1888: Grobben 1908

Sous-règne :

Eumetazoa Butschli 1910

Règne :

Animalia Linnaeus 1758

Super-règne :

Eukaryota Whittaker & Margulis 1978

Documents

2020. Amédro, F., Robaszynski, F., Châtelier, H., Ferchaud, P., Matrion, B. & Bréhéret, J.-G.
Des nouveautés sur les tuffeaux du Turonien moyen et sur leurs faunes d’ammonites en Touraine méridionale
in Bulletin d’Information des Géologues du Bassin de Paris - Vol. 57; No 2 - Association des Géologues du Bassin de Paris
pl 3, fig 1, 2 (=Collignoniceras badilleti AMÉDRO & CHÂTELIER, 2020) - lien

2020. Amédro, F., Robaszynski, F., Châtelier, H., Ferchaud, P. & Matrion, B.
Identification d’un biohorizon d’ammonites à Romaniceras (Romaniceras) marigniacum sp. nov. (Turonien moyen) à la base du Tuffeau Jaune de Touraine (France)
in Carnets de Géologie / Notebooks on Geology - vol. 20, no 4
p 60, pl 7, fig , 2, pl 8, fig 1, 2 (=Collignoniceras badilleti AMÉDRO & CHÂTELIER sp. nov.) - lien

1982. Tzankov, V.
Les fossiles de Bulgarie - Va - Crétacé supérieur. Cephalopoda (Nautiloidea, Ammonoidea) et Echinodermata (Echinoidea)
Académie Bulgare des Sciences, Sofia
cf. pars. p 48, pl XXIII, fig 2, 3 (?non Collignoniceras (Collignoniceras) woolgari (MANTELL))

Navigation

Index

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Votre avis !

Contenu révisé le 7 septembre 2020 - Fiche générée le 7 septembre 2020 - 1ère publication le 24 mars 2020