thumbnail  Ammonites et autres spirales - Erbenoceras solitarium thumbnail  Ammonites et autres spirales - Erbenoceras solitarium thumbnail  Ammonites et autres spirales - Erbenoceras solitarium thumbnail  Ammonites et autres spirales - Erbenoceras solitarium thumbnail  Ammonites et autres spirales - Erbenoceras solitarium thumbnail  Ammonites et autres spirales - Erbenoceras solitarium

pointeur Cliquez sur les vignettes

Ammonites et autres spirales - Erbenoceras solitarium

Erbenoceras solitarium (Barrande 1865)

Étage

Dévonien (-408 à -355 millions d'années) inférieur

Localité

Tafilalet - Maroc
Maroc

Dimensions

D (cm)Diamètre (cm) WHI (%)Hauteur relative du tour : Hauteur/Diamètre (%) UWI (%)Ouverture relative de l’ombilic : Ombilic/Diamètre (%) WERTaux d’expansion du tour : [Diamètre/(Diamètre-Hauteur)]2
9,43
9,21 23,1 60 1,7
8,55 23,1 61 1,7
7,9 24,1 59 1,7
6,99 24 60 1,7
6,67 22,8 60 1,7
6,18 22,2 62 1,7
5,87 22,7 61 1,7
5,21 21,7 61 1,7
4,9 23,6 60 1,7
4,32 22,9 62 1,7
3,94 24,1 61 1,7
3,56 24,3 60 1,7
3,26 24,3 61 1,7
2,9 22,2 63 1,7
2,67 22,4 63 1,7
2,43 23,3 61 1,7
2,17 22,8 64 1,7
2,02 20,9 67 1,6
1,77 21,5 66 1,6

 voir tout (20)...

Commentaire

Au premier abord, ce spécimen ne correspond pas à l’espèce advolute Erbenoceras solitarium telle qu’elle était communément admise avant l’étude de variabilité intraspécifique de De Baets & al. (2013). Pourtant, une fois quantifiée, la trajectoire ontogénétique de ses caractères discriminants le rattache sans ambiguïté au "Groupe II" établi par ces auteurs, qu’ils rapportent à Erbenoceras solitarium : Taux d’expansion du tour, Hauteur relative, Ouverture relative de l’ombilic. Seul l’indice d’espacement entre tours rendrait tentant de le rapporter à Anetoceras obliquecostatum, mais cet indice, qui varie déjà beaucoup au sein de l’individu, n’est pas discriminant (voir plus bas). D’ailleurs, trois individus du Groupe II, fig 2J, O et P, ne sont pas non plus advolutes.

Forme du Zlichovien (Emsien inférieur, Dévonien inférieur).
Klug (2001) donne une diagnose de l’espèce en accord avec le type et la représentation communément admise, avec un enroulement advolute jusqu’à 90 mm de diamètre. Or, De Baetz, Klug & Monnet (2013), en étudiant la variabilité intraspécifique des faunes marocaines d’Anetoceratinae de la base des bancs à Erbenoceras, concluent que le type d’enroulement est le caractère le plus variable dans une même espèce, suivi par la densité costale, et que cela remet même en question la séparation des deux genres Erbenoceras et Anetoceras sur le fait que le premier est advolute alors que le deuxième possède un indice d’espacement entre les tours plutôt constant. En éliminant ce caractère de la diagnose, il reste : Taux d’expansion du tour modéré aux stades moyen et adulte (1,5 à 1,8 entre 60 et 90 mm de diamètre). Ombilic très large (UWI=50 à 70%). Entre 60 et 90 mm, on compte 30 à 35 côtes rursiradiées, convexes, et des stries d’accroissement grossières parallèles aux côtes.

Classification

Genre :

Erbenoceras Bogolovsky 1962

Zlichovien supérieur.
Formes de taille modérée à grande (40-200 mm), serpenticônes et advolutes dans les tours moyens, parfois gyrocônes, finement discoïdes. La coquille varie de gyrocône à tours non en contact à partiellement advolute à enroulement criocône en début et/ou en fin d’ontogénèse ou (presque) totalement advolute. Ombilic très large (o=50-70%) à très grande fenêtre ombilicale (5 mm chez l’espèce type Erbenoceras advolvens (ERBEN)). Taux d’expansion du tour faible à modérée (1,40-2,00). Taux d’expansion de l’espace inter-tours à 1 dans les tours internes (advolute), de 1,00 à 1,60 pour le dernier tour et pouvant dépasser 2 pour le tour initial. Ornementation de côtes grossières, rursiradiées (30-55 par tour) et stries d’accroissement grossières également. Suture à petit lobe externe, lobe latéral largement arrondi et selle interne peu profonde. [De Baets & al. 2009, sans doute à amender selon De Baets & al. 2013]

Sous-famille :

Anetoceratinae Ruzhencev 1957

Coquilles gyrocônes ou partiellement advolutes, sans empreinte dorsale du tour précédent. Tours de section ovale à flancs convergents. Ombilic très large. Grande fenêtre ombilicale (5 à environ 20 mm). Taux d’expansion du tour faible à modérée (1,4 à 1,8). Ornementation de côtes grossières à profil tectiforme (30 à 100 par tour) et de stries d’accroissement traversant le ventre. Ligne de suture sans lobe interne. [Klug 2001]

Famille :

Mimosphinctidae Erben 1953

Formes petites à grandes, évolutes, advolutes ou gyrocônes, finement discoïdes, avec ou sans petite empreinte dorsale du tour précédent. Tours initiaux comprimés, puis ovales à subtrapézoïdaux. Ombilic très large. Grande fenêtre ombilicale (2 à environ 20 mm). Protoconque (0,9 à 1 mm) ovoïde à subglobuleuse, non incurvée. Taux d’expansion du tour modérément élevé (1,4 à 2,3). Ornementation de côtes grossières rursiradiées à rectiradiées, au nombre de 20 à 100 par tour et de stries d’accroissement traversant le ventre. Ligne de suture avec ou sans petit lobe interne, avec un large lobe latéral et un lobe externe petit et étroit. Loges sans inflexion latérale. [Klug 2001]

Super-famille :

Mimoceratoidea Steinmann 1890

Agoniatitina à coquilles petites à grandes, gyrocônes à évolutes, finement discoïdes. Tours généralement non recouvrants. Ombilic généralement large. Grande fenêtre ombilicale (> 0,8 mm). Protoconque ovoïde, de grande taille (0,9 à 1,1 mm), alongée ou légèrement courbée. Taux d’expansion du tour modérément élevé et constant. Ornementation de côtes grossières, 20 à 130 par tour. Stries d’accroissement convexes, concavo-convexes ou biconvexes, avec une projection latéroventrale basse à proéminente et un sinus ventral profond. Formule suturale de base à selle externe et lobe latéral. Eventuel lobe interne arrondi, non induit par une inflexion septale.

Sous-ordre :

Agoniatitina Ruzhencev 1957

Ordre :

Ammonoidea Zittel 1884

Classe :

Cephalopoda Cuvier 1797

Embranchement :

Mollusca Linnaeus 1758

Super-embranchement :

Bilateria: Protostomia Hatschek, 1888: Grobben 1908

Sous-règne :

Eumetazoa Butschli 1910

Règne :

Animalia Linnaeus 1758

Super-règne :

Eukaryota Whittaker & Margulis 1978

Documents

2017. Nikolaeva, S., Kim, A. & Erina, M.
An early Emsian (Zlichovian) ammonoid assemblage from Sangibaland Mountain (Shakhimardan River Basin) (South Tien Shan, Kyrgyzstan)
in Palaeobiodiversity and Palaeoenvironments - Springer
cf. fig 6a, b (=Erbenoceras cf. solitarium BARRANDE) - lien

2015. De Baets, K., Bert, D., Hoffman, R., Monnet, C., Yacobucci, M., M. & Klug, C.
Ammonoid Intraspecific Variability
in Ammonoid Paleobiology: From anatomy to ecology - Chapter 9 - Topics in Geobiology 43 - Springer
p 407, fig 9.22 (=Erbenoceras solitarium) - lien

2015. Klug, C., Kröger, B., Vinther, J., Fuchs, D. & De Baets, K.
Ancestry, Origin and Early Evolution of Ammonoids
in Ammonoid Paleobiology: From macroevolution to paleogeography - Chapter 1 - Topics in Geobiology 44 - Springer
fig 1.6a (=Erbenoceras solitarium), cf. fig 1.6c (=Erbenoceras cf. solitarium) - lien

2013. De Baets, K., Goolaerts, S., Jansen, U., Rietbergen, T. & Klug, C.
The first record of Early Devonian ammonoids from Belgium and their stratigraphic significance
in Geologica Belgica - August 2013 - Geologica Belgica; Belgium. Ministère des affaires économiques
p 148, 152 (=Erbenoceras solitarium (BARRANDE, 1865)) - lien

2013. De Baets, K., Klug, C., Korn, D., Bartels, C. & Poschmann, M.
Emsian Ammonoidea and the age of the Hunsrück Slate (Rhenish Mountains, Western Germany)
in Palaeontographica Abteilung A - Vol. 299 - E. Schweizerbart’sche Verlagsbuchhandlung, Stuttgart
p 46, pl 8, fig 1-8, pl 9, fig 7 (=Erbenoceras solitarium (BARRANDE 1865)) - lien

2013. De Baets, K., Klug, C. & Monnet, C.
Intraspecific variability through ontogeny in early ammonoids
in Paleobiology - Vol. 39, No 1 - Cambridge Core
p 83, 87, 88, 91 (=Erbenoceras solitarium) - lien

2002. Korn, D. & Klug, C.
Ammoneae Devonicae. Chapter 3 Agoniatitina
in Fossilium Catalogus I: Animalia - Backhuys Publishers, Leiden
fig 60:I (=Erbenoceras solitarium (BARRANDE 1865)) - lien

2001. Klug, C.
Early Emsian ammonoids from the eastern Anti-Atlas (Morocco) and their succession
in Paläontologische Zeitschrift - 74 (4) - Paläontologische Gesellschaft
p 492, fig 8:5, taxt-fig 10 (=Erbenoceras solitarium (BARRANDE 1865)) - lien

1976. Chlupáč, I.
The oldest goniatite faunas and their stratigraphical significance
in Lethaia - Vol. 9 - Wiley-Blackwell
p 307-310, fig 2 (=Anetoceras (Erbenoceras) solitarium (BARRANDE)) - lien

1972. Feist, R.
Présence d’Anetoceras (Erbenoceras) mattei n.sp. (Ammonoidée primitive) dans le Dévonien inférieur de la Montagne Noire
in C. R. Académie des Sciences de Paris, Paléontologie - Série D, t. 270 - Académie des Sciences/Elsevier, Paris
fig 2 (=Anetoceras (Erbenoceras) solitarium) - lien

1962. Erben, E.
Über böhmische und türkische Vertreter von Anetoceras (Ammon., Unterdevon)
in Paläontologische Zeitschrift - 36 - Paläontologische Gesellschaft
p 14, taf 1, fig 6, 7, taf 2, fig 1, 2, abb 1 (=Anetoceras solitarius (BARRANDE) emend.) - lien

1865. Barrande, J.
Système Silurien du Centre de la Bohême. 1ere Partie : Recherche Paléontologiques. Vol. II Céphalopodes. Iere Série: Planches 1 à 107
pl 45, fig 25 (=Goniatites? solitarius BARR.) - lien

Navigation

Index

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Votre avis !

Contenu révisé le 16 juin 2020 - Fiche générée le 17 juin 2020 - 1ère publication le 6 juin 2020